Le média de la ruralité, de l’écologie et de l’agriculture paysanne

La ferme des 100 terres

 

la ferme des 100 terres

Éléonore Ardelanot - La ferme des 100 terres

Dans un monde dominé par les moteurs et les ordinateurs, une poignée de personnes se déplace encore avec son troupeau dans des espaces naturels où le temps semble s’être arrêté. Il est 7h du matin un samedi froid de décembre et nous partons aider Olivier et Sonia de la Ferme des 100 terres en pleine « transhumance » dans la forêt domaniale de Dourdan, au sud de Paris.

jardinier-berger, considérant son activité d’élevage avant tout comme un soin aux écosystèmes et à la flore locale, dénué de toute intervention mécanique ou chimique, plutôt que comme un outil de production de viande ou de laine. En découvrant le pastoralisme et cette paysannerie nomade où la propriété privée n’est pas un frein à la pratique agricole, je réalise encore plus, un peu honteuse, que la compréhension que j’ai de mon environnement est très superficielle. On ne m’a jamais expliqué ce qu’était vraiment le pastoralisme, son utilité, quand bien même les troupeaux qui pâturent en montagnes sont des images solidement ancrées dans notre imaginaire commun.

Des bergers nomades sur les plaines franciliennes

Olivier a commencé son élevage seul avec trois brebis, en 2010. Aujourd’hui, elles sont environ 500. Depuis environ un an, Sonia l’a rejoint. Ils sont bergers sans terre en Île-de-France et vivent en caravane, un peu nulle part et partout à la fois. Olivier me dit même que pour lui « La sédentarité c’est la mort », en choisissant cette liberté de mouvement pour ses animaux, il a pu garder la sienne au quotidien. Ils se déplacent régulièrement pour faire pâturer leurs bêtes nourries uniquement à l’herbe des forêts et des parcelles agricoles, valorisant ainsi de nombreuses ressources fourragères non utilisées. L’élevage ayant quasiment disparu des alentours, pas de surpâturage ici. Les brebis et les chèvres ont accès à des quantités d’herbe largement supérieures à celles de certaines zones rurales, et rendent un service gratuit d’entretien de nombreux espaces. Vivre de cette agriculture en mouvement ne laisse d’autre choix que de chérir et comprendre son environnement. Olivier milite justement depuis des années dans la région pour un pastoralisme comme outil de gestion et de compréhension du patrimoine végétal péri-urbain. Il se qualifie de 

Donner un accès à la paysannerie en Île-de-France

Après une heure de marche, nous entrons dans un village avec le troupeau. En tête, une vieille chèvre de sept ans – la doyenne de l’équipe – donne le rythme. J’aperçois, derrière les portails de la rue principale, des personnes âgées observer, émerveillées. Certaines hurlent « Bravo ! » et sourient, les yeux embués. Des familles aussi, des enfants qui voient des brebis et des chèvres pour la première fois, s’arrêtent, stupéfaites par ce défilé inattendu. Ces moments quasiment disparus du monde qu’on propose à ma génération me rappellent pourquoi je veux lutter pour la survie et la poursuite de la paysannerie aujourd’hui. Malheureusement, la justice sociale et écologique ne passera pas seulement par la beauté et l’émotion, car ce n’est pas une image d’Épinal qui nous nourrira, mais bien un véritable changement politique. Pourtant, je suis persuadée que cette part de beauté paysanne a son importance.
Alors qu’elle faisait encore partie du quotidien péri-urbain de nos grands-parents, cette agriculture d’il y a à peine quelques décennies revit là sous nos yeux. Ces métiers raréfiés par des choix politiques privilégiant le profit et l’industrie nous rend pourtant plus heureux aujourd’hui. C’est en se plongeant dans ces gestes éprouvants mais beaux pour l’avenir qu’on ira mieux. Même si on a mal aux jambes, même si on a froid, même si c’est dur.

En rencontrant Olivier et Sonia, je me suis demandée : me sentirais-je capable de vivre cette vie nomade ? Je ne crois pas. Il faut peut-être être un peu fou pour faire ça à notre époque, mais pourquoi pas ? En écrivant ces lignes je me souviens de ce que me disait un maraîcher il y a peu : le paysan qui tient le coup se situe quelque part entre la rigueur et la folie.

0 commentaires

Fabienne, de l’architecture aux champs

Sur les 23,3 millions de cochons qui sont élevés...

Semaison

La semaison, c’est la dispersion naturelle des...

Les humains et la terre

  les humains et la terreJe m’appelle...

Les Humains et la Terre