Le média de la ruralité, de l’écologie et de l’agriculture paysanne

Les Champs d’Ici : édito du 21 juin 2023

par | 21 Juin 2023 | Editos

Recevant début juin, une partie de ma belle-famille venue de l’étranger, nous les avons naturellement conduit au Mont Saint-Michel, haut lieu du patrimoine national situé à moins de deux heures de Laval. Et là, le constat s’impose : il y a toujours plus de monde. Alors que de très importants travaux ont été engagés en 2014 pour supprimer le stationnement des voitures aux pieds du Mont, accessible dorénavant par une belle passerelle, à pied ou en bus-navette depuis des parkings situés sur le continent, une colonne de marcheurs occupe les trottoirs de la passerelle et les files d’attente s’allongent à la station des navettes. Car en effet, avec près de 2,8 millions de visiteurs en 2022, le Mont Saint-Michel reste l’un des sites les plus visités de France.

Une longue file d’attente au départ des navettes pour le Mont Saint-Michel, le mardi 6 juin 2023. Crédit Nicolas Chomel – GA presse

Cet exemple illustre, ô combien, que le tourisme est une industrie et comme le dit l’essayiste Henri Mora à notre correspondant Vincent Peyret, cette industrie transforme profondément en les détruisant, les paysages et les rapports sociaux. Le Mont Saint-Michel ne compte plus qu’une trentaine d’habitants permanents dont une dizaine de moines. En fort développement depuis les années 1950, le tourisme est même devenu une industrie massive et planétaire. « Alors que le monde comptait 500 millions de touristes en 1995, la planète devrait en accueillir 1,8 milliard en 2030 » signale notre correspondante Toinon Debenne. Rien qu’en France, il représente un chiffre d’affaires de 75,7 milliards d’euros et emploie 3,5 millions de personnes dans des conditions souvent difficiles et précaires. Alors, dans le contexte de crise écologique actuelle, les vendeurs de nature se drapent dans la vertu écologique et sociale comme le champion du genre, Center Parc, dont les dirigeants ont renoncé à répondre à nos questions.

Pourtant, il semble bien qu’un mouvement émerge à la faveur d’une restriction de la consommation des paysages et des sites emblématiques et d’une vision du tourisme plus respectueuse des milieux naturels et des populations qui vivent et travaillent dans nos lieux de villégiature. La notion de tourisme responsable fait florès, les destinations locales sont plus prisées, le cyclotourisme est à la hausse. Le monde paysan trouve dans l’accueil des vacanciers et autres publics urbains, une source de diversification d’activités et de revenu, et ce jusqu’à représenter 50 % du chiffre d’affaires des fermes adhérentes au réseau Accueil paysan, comme l’a dit son coordinateur en Pays de la Loire, Adrien Billet, à notre correspondant Jean-Pierre Chafes. Nous ne pouvons que nous en réjouir.

Pour autant, un « autre tourisme » est-il réellement possible ? La question reste entière quand Henri Mora signale qu’un tourisme responsable peut consister à « limiter les visiteurs là où ils sont trop nombreux et à les envoyer ailleurs » et par conséquent à rendre touristiques des lieux qui ne l’étaient pas c’est-à-dire à les marchandiser à leur tour.

Faut-il alors en finir avec le tourisme au sens où il transforme toute réalité naturelle, sociale, culturelle en expérience émotionnelle tarifée ? Pour cela il faudrait réviser radicalement notre relation au temps, à l’espace et à l’autre et remplacer notre désir de consommer par un besoin plus profond de rencontrer.

Alors, bonne lecture, bonnes vacances d’été et bon voyage. Je ne dirai pas « profitez -en » car on ne tire pas profit de nos paysages et de leurs habitants, on les découvre et on les savoure.

Nicolas Chomel

Président de Graines d’Avenir et directeur de publication

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Femmes, en avant !

Contrairement à l’idée que la société avance à...

Avant que, pris de vitesse, le paysan ne soit semé

Avec le printemps, c’est la période des semis...

La ferme ou la firme ? La question qui fâche

Depuis le mois de novembre dernier, la colère...

Promenons nous dans les bois…

La foret, lieu bucolique de nos rêveries et...

Faut-il renoncer à consommer de la viande ?

Dinde rotie, chapon, gigot d’agneau, magret de...

Quels vins boirons-nous demain?

Alors que le vin est un fleuron de l’agriculture...

Les ruralités, ou comment ré-enchanter nos sociétés !

A l’heure où la planification écologique fait...

ÉDITO DU 26 JUILLET 2023

« Ben où est l'eau ? » s’interrogeait Obélix...

Les Champs d’ici : édito du 31 mai 2023

En ce printemps 2023, un nouveau venu s’invite...